.
7788392560_marine-le-pen-et-emmanuel-macron
  • Home
  • « Sur le fond, il nous reste \u00e0 choisir entre deux France. »

« Sur le fond, il nous reste \u00e0 choisir entre deux France. »

Sur la forme, le débat du second tour des Présidentielles n’a pas été à la hauteur que nous étions en droit d’espérer.

 

Pour autant, l’indigence de la forme ne doit pas occulter les enjeux réels.

 

Sur le fond, il nous reste à choisir entre deux France.

 

Entre une France souveraine dans une Europe des patries et une France dissoute dans une Europe centralisée.

 

Entre une France d’autant plus ouverte aux autres cultures qu’elle sera enracinée dans son histoire, son identité et une France d’autant plus emportée par les vents contraires qu’elle sera honteuse de son passé, de sa culture.

 

Entre une France qui respecte l’écologie intégrale, les rythmes naturels de la personne humaine et une France dominée par un esprit de toute-puissance qui veut l’entraîner dans les délires de « l’homme augmenté ».

 

Entre une France qui laisse place à la gratuité, au bénévolat et une France dans laquelle tout est bon à vendre, y compris le ventre des femmes.

 

Entre une France dans laquelle le politique, au service du bien commun, pose le cadre d’un développement économique harmonieux et une France dans laquelle les multinationales et les plus forts font la loi.

 

Entre une France qui combat le fascisme d’aujourd’hui – celui qui verrouille nos banlieues, encage les femmes et se fait exploser dans nos villes – et une France qui revit les guerres d’hier et reste soumise aux mouvances islamistes.

 

Choisir, au fond, entre la France et un hall de gare qui ne serait plus vraiment la France.

 

Dimanche, nous voterons résolument pour la France.

 

Puis viendra le temps des législatives.

 

Il reviendra à chacun de voter pour le parti qui lui semble être le plus à même de conduire l’action gouvernementale de notre pays.

 

Puis viendra le temps de la recomposition politique.

 

Si elle persistait à tomber dans le piège du « front républicain », la droite dite « républicaine et du centre » serait condamnée à se noyer dans le « macronisme ». Elle consacrerait le triomphe posthume de François Mitterrand.

 

La droite conservatrice – au sens de conserver le meilleur de la civilisation et de l’homme – devra engager un dialogue ouvert et exigeant avec l’ensemble des patriotes, au service de son pays.

 

Thibaud Collin, Jacques de Guillebon, Laurent Meeschaert, France Andrieux, Frédérick Bigrat

3 Commentaires

  1. Côme Adge dit :

    Bonjour,
    pensez-vous sincèrement que Marine Le Pen incarne cette France que vous aspirez à voir triompher? Ne galvaude-t-elle pas ce projet par sa médiocrité, son absence de profondeur philosophique, ses inconstances (sur l’euro et bien d’autres sujets) et son incapacité à assumer l’histoire de son parti alors qu’elle insiste sur les « racines » à tout bout de discours?
    Par ailleurs j’aimerais comprendre en quoi l’écologie intégrale est au coeur du projet de Marine Le Pen?
    J’ai peut-être mal compris votre propos, et peut-être appeliez-vous à voter blanc. Mais j’en doute.
    Côme Adge

  2. MORGAND Irène dit :

    Voilà mes élucubrations du jour qui abordent cela autrement mais qui vous rejoignent :

    « Si nous pensions vraiment logiquement et indépendamment, nous aurions cherché depuis longtemps d’autres façons de vivre ensemble – et nous les aurions trouvées…
    Depuis des milliers d’années, ces « autres » façons nous ont été proposées. Pourtant, nous ne sommes pas intéressés à comprendre et à utiliser ces autres manières de vivre.
    Au dix-neuvième siècle, la lutte pour la survie était prioritaire.
    On a, encore aujourd’hui, le sentiment que beaucoup de gens – notamment des managers – vivent dans l’état d’esprit du dix-neuvième siècle.
    Depuis, nous avons appris que le concept d’évolution par la lutte, la destruction et l’exploitation correspondait exactement à la conscience des gens de l’époque.
    Nous avons aussi découvert que ce que la science d’alors décrivait comme exploitation est aujourd’hui compris comme une coopération symbiotique.
    Nous savons que dans la nature, les parasites (Hi ! Hi ! Hi ! Même Marine peut être considérée comme support symbiotique puisque traitée de parasite sur les ondes) ne sont pas la norme ; bien au contraire : l’évolution a besoin de supports symbiotiques.
    La plupart des organismes (à part les humains) ont manifestement compris que l’ensemble du monde vivant est interconnecté et que la mort d’un « ennemi » ou d’un spécimen, constitue toujours un danger pour les autres spécimens et pour la vie en général…
    Encore aujourd’hui, certains managers et hommes politiques n’ont toujours pas compris ça… »

    Je me suis référée à René Egly (Institut für Erfolgsimpulse) et continue sur la lancée. C’est un économiste avec les 2 yeux ouverts et entraîné à la pensée analogique.
    Nous héritons des modèles de nos parents et de l’environnement et même si l’on vit dans un environnement de haute technologie, nos modèles de pensée fondamentaux n’ont pas changé depuis des milliers d’années.
    Nos capacités d’augmenter la production et notre pouvoir de changer le monde ont pris le pas sur notre évolution spirituelle.
    Nous nous sommes si fortement concentrés sur la production de biens de consommations qu’il ne nous est plus resté de temps pour le développement de l’humain.
    « La limite de la croissance » est un slogan bien connu depuis des années et nous avons accordé beaucoup d’attention à la limite de la croissance matérielle parce nous savions que cela ne pouvait pas continuer ainsi.

    Encore de la lecture qui n’intéresse pas grand monde, j’imagine.
    Pourquoi donc ces écrits ? Tout simplement parce que le pseudo nouvel ordre mondial vu par M. Macron et compagnie m’y fait penser.
    Un ‘jeune’ à l’état d’esprit du dix-neuvième siècle qui, sous des prétextes de changement, d’évolution, retourne à l’exploitation puissance européenne et même mondiale (lobbyings et conflits d’intérêts) et cela passera par la lutte et la destruction.
    Son cinéma à combattre Marine Le Pen n’est qu’une thérapie de surface pour séduire le bien-pensant et faire passer ce nouvel ordre mondial. C’est du diktat financier !

    Une sagesse connue en Orient depuis des millénaires :
    « Si tu veux rétablir l’ordre dans ton pays, tu dois d’abord rétablir l’ordre dans les provinces.
    Si tu veux rétablir l’ordre dans les provinces, tu dois d’abord rétablir l’ordre dans les villes.
    Si tu veux rétablir l’ordre dans les villes, tu dois d’abord rétablir l’ordre dans les familles.
    … dans ta famille… en toi-même. »

    En partant de ce principe, que M. Macron rétablisse plutôt l’ordre en lui-même car ce que l’on nous présente comme une avancée va dans le contraire du bon sens quant au respect du vivant !

  3. Laurent Meeschaert dit :

    Bonjour Côme, merci pour votre message. Je réponds à vos questions en tant que co-signataire des deux tribunes, pas au nom de l’Avant-Garde. Marine Le Pen n’est pas la candidate « idéale » pour la simple raison que le candidat « idéal » n’existe pas et n’existera jamais. Nous n’avons donné quitus à personne et nous n’avons pas caché les interrogations soulevées par le programme de Marine Le Pen, notamment sur le plan économique. Pour autant, si nous attendons d’être d’accord avec l’intégralité du programme et de la personnalité d’un candidat, nous ne voterons jamais pour qui que ce soit. Nous nous positionnons donc, ici et maintenant, au regard du choix qui se présente à nous, à l’occasion de ce 2e tour des Présidentielles. Nous choisissons la candidate qui, entre les 2, porte la vision du pays et de la civilisation qui nous semble la meilleure. Nous ne négligeons pas les aspects économiques mais nous donnons un ordre aux enjeux de cette élection et, pour nous, l’enjeu de civilisation prime sur le reste. Enfin, Marine Le Pen a en effet coupé certaines racines de son parti qui nous semblaient irrecevables. C’est bien parce qu’elle l’a fait que nous pouvons voter pour elle. Pour la suite, nous verrons quel parti et quel candidat est le plus à même de porter notre vision de l’homme et de la France. Nous souhaitons qu’un dialogue s’engage entre ceux qui portent cette vision commune, quel que soit leur parti d’origine.

Laisser un commentaire

Restez connectés

Facebook2k
YouTube0
YouTube

Abonnez vous à notre Newsletter