.

Interview

jacques de larosiere

Jacques de Larosière : « Aujourd’hui, les mouvements de capitaux font la loi »

En quelques décennies, les grandes banques centrales sont passées du combat contre l’hyperinflation à celui contre l’inflation faible. Que s’est-il passé ? Il est vrai qu’au début des années 1970 les instituts monétaires ont axé leur stratégie sur la lutte contre l’inflation qui, après le choc pétrolier de 1971, faisait des ravages aux Etats-Unis et en Europe. A première vue, ils ont réussi : à l’inflation galopante des années 1970-1980 a succédé la grande modération des prix dans les années 1990, puis 2000. Seulement voilà : une partie de cette modération n’a rien à voir avec l’action des banques centrales. Elle est le résultat d’un phénomène concomitant, à savoir la globalisation des échanges. L’ouverture des frontières des pays émergents à bas salaires et la pression à la concurrence qui l’a accompagnée ont provoqué une modération des revenus salariaux – et donc de l’inflation – dans les pays industrialisés tels que les Etats-Unis, l’Europe ou le Japon. Comment, dans ce cas, sortir du piège de l’inflation faible ? Difficile à dire ! Si les causes profondes de la modération des prix ne relèvent pas de l’action des banques centrales, les outils qu’elles utilisent aujourd’hui pour relancer l’inflation, tels que les rachats ...
Lire La Suite
XVMbf89ec5c-1e8f-11e6-857d-93e3309d754c

Charles Beigbeder : «La question culturelle sera l’enjeu majeur de 2017»

Charles BEIGBEDER. - Non, le pape n'a jamais nié les racines chrétiennes de l'Europe, il a simplement insisté sur leur signification profonde, à savoir le sens du service, à mille lieues de tout triomphalisme caricatural qu'il pourfend à juste titre dans son interview accordée mardi dernier à La Croix: «Quand j'entends parler des racines chrétiennes de l'Europe, j'en redoute parfois la tonalité qui peut être triomphaliste ou vengeresse. Cela devient alors du colonialisme. Jean-Paul II en parlait avec une tonalité tranquille. L'Europe, oui, a des racines chrétiennes. Le christianisme a pour devoir de les arroser, mais dans un esprit de service, comme pour le lavement des pieds. Le devoir du christianisme pour l'Europe, c'est le service». Je ne peux que souscrire à de tels propos, même si je trouve le terme colonialisme inadéquat pour qualifier le rayonnement de l'identité européenne sur son propre continent. Quant à Pierre Moscovici que vous évoquiez, il a récemment affirmé «ne pas croire aux racines chrétiennes de l'Europe», confondant ainsi allègrement foi et histoire. Les racines chrétiennes ne relèvent pas, en effet, d'une croyance fondée sur un acte de foi mais découlent de l'histoire qui s'attache à l'étude des faits. On ne croit pas en ...
Lire La Suite
xavier_lemoine_1

« Rejeter la faute comme la gauche le fait sur l’adversaire politique (…)c’est inacceptable »

Le ministre de la Ville Patrick Kanner a affirmé que la France comptait "une centaine de quartiers" présentant des "similitudes potentielles avec Molenbeek". La gauche se réveillerait-elle enfin de son déni de réalité lié à la communautarisation des banlieues et des cités ? S'il s'agit d'un réveil, cela serait un moindre mal que d'avoir voué aux gémonies tous ceux qui depuis 20/25 ans ne cessent de dénoncer la situation dans ces quartiers, et qui, pour certains, se sont vus traînés devant les tribunaux ou insultés de tous les noms ! On peut se tromper et s'en apercevoir, mais rejeter la faute comme la gauche le fait sur l'adversaire politique et vouloir faire croire que c'est l'inaction du président du précédent gouvernement qui a abouti à ce résultat, c'est inacceptable, surtout à l'heure où le pays a plutôt intérêt à être soudé. Avec de telles déclarations, le gouvernement joue encore à l'apprenti-sorcier. Comment interpréter ce revirement alors qu'il y a encore quelques temps, la gauche se montrait extrêmement virulente à l'égard de ceux de son camp évoquant les risques liés à la communautarisation des banlieues et des cités ? Après s'être coupé des classes populaires françaises, les immigrés ont ...
Lire La Suite
xavier_lemoine_1

« L’Association des Maires de France favorise les divisions de la population »

Comment ce vade-mecum a-t-il été élaboré ? Il y a deux manières de voir la laïcité. Elle peut être soit unilatérale, si l'on considère que c'est l'État qui impose sa vision aux religions, soit bilatérale s'il s'agit d'un dialogue, dans lequel les religions ont aussi l'occasion de s'exprimer sur leur vision de cette notion. En l'occurrence, c'est clairement la première solution qui a présidé à la rédaction de ce vade-mecum. Pour éclairer ses réflexions, l’AMF a d’abord écouté les interventions de Jean-Louis Bianco de l’Observatoire de la Laïcité, de Daniel Keller, Grand Maître du Grand Orient de France, et de Gérard Delfau. Ce sont ces discours qui ont orienté le travail. Les représentants des religions chrétiennes, juive et musulmane n'ont été entendus qu'en toute fin de parcours, alors que nous étions déjà en phase de prérédaction. Très marqué idéologiquement, le document final tient en suspicion les religions et fait de la laïcité un ensemble normatif contraignant qui oblige les consciences sur des sujets sensibles. Ne pas y adhérer, c'est déjà ne plus être laïc ni même républicain ! Y a-t-il eu des débats autour de cette conception de la laïcité ? Oui, il y a eu des oppositions très fortes ...
Lire La Suite
charles-beigbeder

Concilier la dignité du migrant et l’identité des nations – Interview de Charles Beigbeder

L’attitude des responsables politiques français comme allemands ne me paraît pas à la hauteur de la situation. Elle est guidée par l’émotion et non par la raison. Elle se targue d’être généreuse et humanitaire mais présente des conséquences dévastatrices à long terme pour les pays d’accueil comme pour ceux d’origine. Affirmer que l’on pourrait accueillir un million de réfugiés, comme l’a prétendu l’Allemagne, suscite mécaniquement un appel d’air chez les populations restées au pays. Comment, en effet, ne pas se décider au départ quand on voit des migrants débarquer par milliers à Munich puis être applaudis par des Allemands éternellement pénitents en raison de leur histoire ? Demain, ce seront des centaines de milliers de migrants qui déferleront sur l’Europe, en quête d’un impossible eldorado, ce seront des services publics dépassés, des tensions communautaires exacerbées et un Moyen-Orient qu’on aura contribué à vider petit à petit de ses élites et de ses minorités ethnico-religieuses, bref, de son âme, comme le souhaitent les djihadistes. Le véritable humanisme n’est pas dans un traitement émotionnel des migrations qui ne s’attache qu’aux conséquences de celles-ci sans remonter à la racine des problèmes. Il consiste avant tout à faire en sorte que ces populations puissent ...
Lire La Suite

Restez connectés

Facebook2k
YouTube0
YouTube

Abonnez vous à notre Newsletter