.
helie_de_st_marcceso_14
  • Home
  • Hélie de Saint Marc à Crest ce 11 novembre

Hélie de Saint Marc à Crest ce 11 novembre

Dans le contexte actuel de crise des valeurs, son témoignage pourrait éclairer plus d’un jeune ou moins jeune.

 

L’évènement mérite plus que le détour : une rue sera baptisée du nom du Commandant Hélie de Saint Marc ce 11 novembre à Crest. A l’occasion de sa disparition, le 26 août 2013, et tout en rejoignant un hommage quasi unanime, Le Monde titrait : « Un soldat d’un autre temps ». Erreur : son témoignage demeure d’une grande actualité,  pour longtemps et pour bien des raisons.

 

Jusqu’en 1945, les conflits militaires, même sous-tendus par l’idéologie, reposent sur la confrontation d’armées nombreuses et la domination territoriale. Saint-Marc sera impliqué en Indochine puis en Algérie dans des conflits modernes où la prise de contrôle des populations devient l’enjeu majeur. Il dut affronter à la fois le totalitarisme qui n’a jamais quitté l’Asie, et le terrorisme sous des formes à peine différentes d’aujourd’hui.

 

Sans sous-estimer le danger du fondamentalisme, il croyait en la coexistence possible des religions. Il refusait l’objection d’un pied noir désabusé : « Il y a l’Islam, Hélie… vous vous opposez à vingt siècles de confusion  entre la politique et la foi ». « Je refusais son horizon de cendres », écrit-il.

 

A la vacuité dominante, « se vendre » étant devenu l’expression la plus burlesque et la plus obscène de notre époque mercantile, il peut opposer une morale d’une exigence impressionnante : « Rester en vie coûte que coûte n’a aucun sens.

 

Ce qui compte, c’est comment on reste en vie », toute empreinte cependant  de modération chrétienne :  « Chacun porte sa part d’ombre. Il n’existe pas de grand homme qui n’ait été un jour un pauvre homme. Il n’existe pas de pauvre homme qui ne soit ni plus ni moins digne de respect qu’un grand homme ».

 

Enfin : « Je n’aime pas le langage de la décadence. Quand on vit dans un pays, il faut l’aimer sinon le quitter. Je suis sans illusion, mais pas sans espérance. »

 

Claude Barrière

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Restez connectés

Facebook2k
YouTube0
YouTube

Abonnez vous à notre Newsletter