.
6676234lpw-6676968-article-jpg_4004168_660x281
  • Home
  • François Fillon : la faute

François Fillon : la faute

Une des récentes déclarations de François Fillon sur le fait qu’il se considère comme « Gaulliste et chrétien » a suscité des cris d’orfraie. Le christianisme est-il devenu tellement répréhensible pour une grande partie de la classe politique française et les médias que le simple fait de l’évoquer mérite l’opprobre ?

 

Calcul politique ? clientélisme ? Peut-être… Sûrement… Ou simplement sincérité non réfléchie dans un monde où les conseillers en communication régentent le moindre discours de nos hommes politiques. La laïcité est-elle devenue le Dieu de la République française ? Doit-on faire table rase du passé catholique de la France sous prétexte que la laïcité est érigée en maître dans notre République du fait, entre autres, d’un multiculturalisme imposé ? Dans le futur, tout candidat briguant la place suprême devra-t-il se réclamer de l’athéisme ? Il est vrai qu’il y a bien longtemps que la France n’est plus érigée comme « La fille aînée de l’Eglise », son paradigme imposé par la classe politique française (bien souvent estampillée de gauche) a changé. Son destin tout comme son unicité aussi…

 

Deux poids deux mesures cependant. On ne peut s’attaquer au judaïsme du fait du poids de la Shoah et avec des pincettes pour l’Islam sous peine d’être taxé d’« islamophobe ». En revanche pour le christianisme et en particulier le catholicisme (très largement majoritaire chez les chrétiens tricolores) : tout est permis. Des outrances de Charlie Hebdo à la croisade contre les crèches durant Noël, point de garde-fou.

 

Faut-il rappeler à la classe politique française qui s’est alignée sur les Etats-Unis depuis Nicolas Sarkozy et François. Hollande que leur président prête serment sur la Bible lors de son investiture ? François Fillon a commis le crime impardonnable, visiblement, d’assumer que le christianisme et son échelle de valeur influeront sur ses choix s’il l’emportait, mais n’en est-il pas de même pour tout homme politique forgé par la philosophie et en particulier la philosophie-politique enseignée dans les grandes écoles dont sont issus nos cadres ?

 

Verra-t-on un jour brûler sur la Place publique les missels et les remplacer dans les foyers chrétiens par le code civil ? Un jeu peut-être, visiblement…   

 

Romain D.
Étiquettes :

3 Commentaires

  1. DIEMUNSCH dit :

    Bon article mais le titre est trop peu explicite ou plutôt trop négatif : il ne laisse pas entendre que nous souteneons Francois FILLON. Ne fallait-il pas écrire quelque chose comme : le combat s’intensifie ?

  2. Rousset dit :

    Comme vous le dites si bien, c’est de la communication, et plus encore que la laïcité, la république est le problème, la matrice anti-française. Je doute cependant que Fillon ne fasse quoi que ce soit en matière d’identité…

  3. d'Ignazio Romain dit :

    Le titre est à prendre avec ironie… C’est tout ce qui nous reste !

Laisser un commentaire

Restez connectés

Facebook2k
YouTube0
YouTube

Abonnez vous à notre Newsletter