.
©BERTRAND BECHARD/MAXPPP
NANTES (44) LE 07 03 2006
CHU DE NANTES
CENTRE DE PLANIFICATION, D'EDUCATION FAMILIALE ET D'INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE
CELLULE D'ECOUTE ET D'ENTRETIEN PSYCHOLOGIQUE AVANT UN AVORTEMENT
ILLUSTRATIONS SANTE, MEDECINE, PLANNING FAMILIAL, IVG, FEMMES
AUTORISATIONS OK
  • Home
  • La « révolution conservatrice » annoncée doit se traduire en actes.

La « révolution conservatrice » annoncée doit se traduire en actes.

Les députés de la droite et du centre s’étaient déjà pour beaucoup fait remarquer par leur absence lors de la discussion de la proposition de loi relative au délit d’entrave numérique de l’avortement à l’Assemblée Nationale, le 1er décembre.

 

 

Cette disposition – prise dans l’urgence par une majorité socialiste aux abois résolue à faire usage de sa capacité de nuisance autant qu’elle le peut lors des 6 derniers mois d’une législature agonisante – menace de 2 ans de prison et de 30.000 euros d’amende les personnes oeuvrant au quotidien sur le terrain pour apporter une écoute et une aide aux femmes enceintes en difficulté.

 

C’est donc devant des travées désertées qu’une poignée de parlementaires ont soutenu les amendements visant à rejeter la proposition liberticide. Nommons et saluons ces quelques courageux députés : Nicolas Dhuicq, Claude de Ganay, Philippe Gosselin, Christian Kert, Isabelle Le Callennec, Marc Le Fur, Gilles Lurton, Olivier Marleix, Yannick Moreau, Jacques Myard, Jean-Frédéric Poisson, Dominique Tian, Jacques Bompard, Jean-Christophe Fromantin et Marion Maréchal-Le Pen.

 

Le 7 décembre, la sourde inquiétude face à l’absence des députés s’est muée en franche réprobation. 143 sénateurs contre 126 adoptaient ce texte (modifié à la marge) alors que la majorité sénatoriale est de droite. En analysant le vote, on constate que la faible mobilisation des sénateurs de droite a laissé le champ libre aux sénateurs de gauche et permis un tel résultat.

 

Cette faiblesse ne laisse pas d’inquiéter : la majorité de demain abrogera-t-elle une disposition que l’opposition d’aujourd’hui a laissé voter…?

 

C’est ce qu’attendent une majorité d’électeurs, résolus à ce que la « révolution conservatrice » annoncée se traduise en actes.

 

Laurent Meeschaert

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Restez connectés

Abonnez vous à notre Newsletter