• Home
  • Author: Avant-Garde

Author: Avant-Garde

Famille, respect de la vie et de l’altérité sexuelle

  1. parents et enfants Abrogation sans rétroactivité de la loi Taubira.
  2. Suppression de l’article 343-1§1 du code civil issu de la loi du 11 juillet 1966, qui ouvre le bénéfice de l’adoption plénière à tout célibataire âgé de plus de 28 ans, à l’exception du cas où l’adopté partage un lien de parenté avec l’adoptant.
  3. Augmentation du plafond de l’avantage fiscal lié au quotient familial et suppression de la modulation des allocations.
  4. Modification de la loi Léonetti afin que l’alimentation et l’hydratation soient qualifiées de soins et non pas de traitement pouvant être abandonné.
  5. Création d’une politique de soutien destinée aux femmes en détresse désirant poursuivre leur grossesse jusqu’à son terme et réintégration de la notion de détresse dans le Code de la santé publique, afin de retrouver l’esprit initial de la loi Veil.

Small is beautiful

petite fille tenant une pousseDevenir français, c’est accueillir totalement la culture européenne, qui est le grand bassin dans lequel nous baignons et qui a forgé nos identités. Mais l’Europe politique, telle qu’elle fut rêvée a échoué. Ce n’était pas qu’elle ne fût un beau projet, mais c’est qu’il a vite déraillé vers un cauchemar où l’absurde le dispute au tyrannique.

L’Europe aurait dû se mettre au service des patries,   Read More

Pour une politique personnaliste

Nous avons hérité du lent combat des siècles la notion de personne. Comme l’écrivait Denis de Rougemont : « Le but de la société, c’est la personne ; la société n’a de sens que par et pour l’homme ». Mais une personne qui demeure un animal social.

Personne, communauté : ce sont les deux termes de notre vraie liberté. L’homme est une totalité ouverte sur le monde, il est capable d’infini. Mais il sait qu’il n’est pas lui-même cet infini : « L’esprit doit garder l’initiative et la maîtrise de ses buts, Read More

Le temps des bâtisseurs

construire1 De toute façon, leur triste vieillesse ne durera pas toujours. Ce siècle a à peine quinze ans, et ses partis, et ses idées, sont déjà vétustes. La France en a mille cinq cents et c’est toujours une jeune femme.

Le réel déjà s’annonce, et il sera peut-être violent si l’on n’y prend garde. Pour nous, nous sommes revenus à la vie un après-midi de janvier 2013. Deux ans déjà, le temps passe sans qu’on y prenne garde. Dans cette république des petits mufles qui s’attardent, la moisson a déjà levé. Il est temps. Il est temps de tout changer, Read More

Retour au réel

pelle dans la terre  La France est l’une des dernières nations au monde à jouir encore d’un destin et nous refusons que l’on nous en dépossède, que ce soit au nom d’une raison d’État technocratique que ce soit au nom des puissances d’argent ; que ce soit simplement au nom d’une gigantesque entreprise de lavage de cerveau qui efface les mémoires, les légendes et les identités. Read More

Comment constituer le réseau ?

billes connecteesPar capillarité :

L’Avant-Garde fonctionne sur le principe de la recommandation. Le nouveau membre du réseau doit être parrainé par un membre et doit proposer deux nouveaux membres au minimum.

 

Par équipes (15 à 20 personnes)

L’Avant-Garde souhaite être présente sur tout le territoire français. L’enracinement local est le dénominateur commun dans les équipes.

L’Avant-Garde a rédigé « les 12 orientations pour la France ». C’est un document de travail qui doit être débattu dans toutes les équipes et qui devra aboutir en 2016 aux propositions définitives. Elles seront rédigées sous la forme de propositions de lois.

L’Avant-Garde propose des actions de formation et d’animation, en partenariat avec les structures associatives partenaires.

L’Avant-Garde se donne pour mission de constituer un important réseau local capable de se mobiliser pour la promotion et la défense de nos convictions.

Le financement du réseau est assuré par les participations volontaires des membres et ce, en fonction de leurs moyens.

 

Rejoindre le réseau

Que voulons-nous ?

  • fille cligne de l oeilQue la France rompe avec une politique de démission  et que nos gouvernants engagent la refondation de notre pays grâce à des réformes nécessaires au redressement, basées sur nos convictions.

 

  • Que lors des prochaines échéances électorales (Présidentielles et législatives) émerge une nouvelle génération qui considère l’engagement politique comme un service  et non comme un métier ou comme une rente.

 

  • Que se constitue, autour de nos convictions, un puissant réseau national, actif, déterminé, fortement enraciné localement et capable de peser sur le débat politique afin que nos futurs gouvernants – et au premier rang d’entre eux le Président de la République – s’engagent à mettre en œuvre les réformes préconisées par l’Avant Garde.

 

  • Que le candidat aux élections présidentielles qui aura obtenu notre soutien s’engage à réserver un certain nombre de circonscriptions législatives aux candidats que l’Avant Garde aura parrainé.

 

  • Que, suite aux élections législatives consécutives à l’élection présidentielle, se constitue avec ces députés, un groupe parlementaire dont la mission première sera de veiller à l’engagement des réformes annoncées et de porter nos convictions lors des débats législatifs.

Qui sommes-nous ?

L’Avant-Garde s’affirme comme un mouvement de conviction, anti conformiste, enracinée, personnaliste, ordolibérale et démocrate.

 

Anti conformistes

Nous refusons le prêt à penser qu’on cherche à nous imposer et le politiquement correct qui devient l’unique référence de la plupart de nos dirigeants.

 

Enracinés

Nous nous inscrivons dans une longue chaîne de pensée qui plongent ses racines chez les Grecs avec Aristote, chez les Chrétiens avec saint Thomas et saint Augustin, chez les auteurs modernes comme Tocqueville ou Proudhon, chez les auteurs contemporains comme Mounier, W.Ropke, Denis de Rougemont, Bernanos ou Péguy.

Nous avons une histoire : qui a été à l’origine des lois sociales en France dans la seconde moitié du 19ème siècle sinon les catholiques sociaux ? Qui s’est levé contre l’occupant nazi sinon Charles de Gaulle et Leclerc ?

 

Personnalistes

Nous croyons, comme nous l’avons affirmé lors de la Manif Pour Tous,  que le but de la société, c’est la Personne et que la société n’a de sens que par et pour l’Homme. Nous refusons l’individualisme comme le collectivisme, le matérialisme comme l’hédonisme. La politique n’a qu’un seul objectif : créer les conditions favorables à l’épanouissement de chaque personne. Le rôle premier de l’Etat est d’assurer la sécurité des personnes et des biens, de garantir les droits fondamentaux tels que le droit des parents à choisir l’éducation de ses enfants ou le droit d’entreprendre.

 

Ordolibéraux

Nous sommes partisans de l’économie de marché, de la liberté d’entreprendre et du droit d’initiative ; mais aussi d’un Etat qui veille au respect des règles de justice, d’harmonie et de mesure.

Nous croyons que l’autonomie et la responsabilité grandissent la personne beaucoup plus sûrement que l’assistance.

Nous refusons la société de Marché qui considère que « tout » peut être objet de commerce ; nous croyons que l’économie est au service exclusif de l’Homme.

 

Démocrates

Nous croyons que chaque personne est  un citoyen qui participe à son niveau, au choix de son destin. Nous sommes opposés à tous « les despotes éclairés », idéologues ou technocrates qui croient avoir raison contre le peuple en vertu de je ne sais quelle supériorité de nature.

Nous militons pour que le principe de subsidiarité soit respecté scrupuleusement tant au niveau local, national qu’européen.

Pour ce qui est du projet européen, les uns sont fédéralistes, les autres souverainistes, mais tous nous refusons la dérive vers une Europe technocratique et centralisée. Tous nous exigeons le contrôle de l’administratif par le politique ; tous nous sommes fidèles à notre Patrie qu’est la France. Car la Patrie, terre des pères, entretient l’identité : la langue, la mémoire, la culture, l’art de vivre…

Nous croyons à une démocratie de confiance : une démocratie qui rejette l’anathème et l’exclusion pour privilégier le contrat politique loyal ; une démocratie d’élection qui se distingue radicalement de la démocratie d’opinion fondée sur le primat médiatique ; une démocratie qui s’appuie sur des institutions garantissant un équilibre des pouvoirs et mettant fin aux conflits d’intérêts, porteurs de corruption.

Nous refusons le régime d’une élite unique et polyvalente qui considère qu’elle doit tout à ses compétences et qui, par conséquent, n’a de compte à rendre à personne.