.

Agriculture

vines-1118466_960_720

Libérer les agriculteurs d’un modèle d’agriculture obsolète

Le virage est déjà pris mais le changement de paradigme n'apparaît que trop faiblement dans les récentes lois de modernisation de l'agriculture. Les traités transatlantiques en discussions ne vont pas dans ce bon sens. Le ministre de l'agriculture du prochain quinquennat a du souci à se faire pour réformer ou remplacer l'usine à gaz du code rural et des textes européens de la PAC. Le productivisme a été voulu pour engendrer un abaissement drastique des coûts de production et une standardisation des produits sur des critères de qualité n'ayant rien à voir avec le plaisir et la santé tels qu'on les recherche aujourd'hui. Pour abaisser les coûts, c'est le machinisme, couplé à la réduction du volume de la main d'oeuvre et à la sélection variétale, les progrès technologiques et l'organisation méthodique des tâches de production qui ont transformé radicalement l'agriculture en moins de quarante ans. La diversité biologique s'est appauvrie, certaines variétés auraient disparues sans l'attachement de quelques passionnés marginalisés par ce système. Tous les produits agricoles amenés dans nos assiettes ont été progressivement normés au détriment de leur goût, de leurs qualités nutritionnelles comme facteur de santé. L'être humain s'est nourri en acceptant un transfert du plaisir naturel vers ...
Lire La Suite
agricutlure

Quelle agriculture pour la France ?

Après la très vive tension de la rentrée, les cris de détresse poussés par les agriculteurs et les échauffourées aux quatre coins de l’hexagone, la chape du silence est retombée ; la crise agricole est repassée à l’arrière plan, même si l’on entend encore gronder la base. Quelques aides d’urgences ont bien été débloquées, des paroles de soutien prodiguées et des fonctionnaires diligentés à Bruxelles ont fait mine de tancer er d’autres fonctionnaires, autrement plus puissants qu’eux. Les cabinets ministériels soufflent de voir rentrés dans les campagnes ceux qu’ils ont une tendance à prendre pour des énergumènes vociférants, aux réactions imprévisibles. Pour eux l’agriculture c’est bien, vu du marché bio. Et puis depuis de longues années, tous les pouvoirs en place ont droit à une jacquerie, alors il suffit pense-t-on en haut lieu, de faire le dos rond…Le fait est qu’entre réforme de la PAC, découplage des aides au produit, recouplage environnemental, dérégulation du marché mondial… l’agriculture française souffre. La politique agricole commune a été le creuset, puis le ciment de la construction européenne : elle se délite aujourd’hui, et laisse apparaître une ligne de fracture qu’elle a aidé – consciemment ou pas – à se creuser.Il existe ...
Lire La Suite

Restez connectés

Facebook2k
YouTube0
YouTube

Abonnez vous à notre Newsletter